Inspiration

Peut-on encore changer de vie à 30 ans ?

C’est trop tard !

A-ton âge ?

T’es qui toi pour faire ça ?

Non mais c’est vrai, tu t’es pris pour qui pour vouloir changer de vie sérieux ? Genre bosser 35 heures par mois, te lever à 5 heures pour un job que tu détestes et le tout pour 1 140 euros ça te convient pas ? Tu sais combien il gagne en Chine au moins ?

La peur nous paralyse. L’angoisse nous rend statique. Et pourtant, on les voit partout ces nouveaux entrepreneurs qui te donnent des bouffés d’enthousiasme mais surtout qui te font remonter à la surface tes plus gros complexes. Tu veux changer de vie, mais le dire c’est finalement la seule action significative que tu as entrepris dans ta nouvelle vie.

Soyons honnête, tu ne seras sans doute pas le nouveau Bill Gates.

Et puis tu ne veux certainement pas le devenir.

Mais alors comment initier le changement dans sa vie ?

L’indignation plutôt que le laisser -faire

Alors que l’on fête les 50 ans de Mai 68, que reste-t-il de nos âmes révolutionnaires ?

C’est quoi d’abord une révolution ?
Une révolution est un changement, un bouleversement important et brusque dans la vie d’une nation.

Si l’abstention est le premier parti de France, ce n’est pas uniquement un manque de confiance dans le politique. Il s’agit plutôt d’un problème de conscience. On ne vote plus parce qu’on n’y croit plus.

Alors pourquoi ? Et pire, pourquoi ne pas aller voter passe aujourd’hui pour un acte de contestation ?

Nous ne croyons plus au salut commun. Ni au salut, ni au commun.

Parce que la politique est l’affirmation du nous il ne reflète pas la société dans laquelle nous vivons, celle de la prépondérance du je. Cette même société qui t’apprend à faire passer tes intérêts personnels avant ceux du commun tout simplement parce que l’individu isolé est une proie plus facile à attaquer. La machine marketing lui fait acheter ce dont il n’a pas besoin, la machine politique elle, fait passer des lois dont il ne veut pas.

On se rebelle contre quelque chose, on ne se mobilise pas pour quelque chose… On sait ce qu’on rejette, on ignore ce à quoi on aspire.
Trois utopies contemporaines, Francis Wolff.

Il n’y a que des indignations, absence totale d’inspiration.

Sans rêve, sans but à quoi bon changer… Au mieux on le dit, au pire on se plaint.

Nous sommes des êtres sociaux c’est-à-dire que nous évoluons en interaction avec les autres. Si l’autre n’est pas dans le même état d’esprit on stagne. Si l’autre est un ennemis, on recule.

Et si finalement, s’enrichir personnellement passerait par la reconstruction du nous ?

Petit, on nous apprend très vite que le but de l’adolescence est de se trouver un métier, un bon si possible (comprenez qui rapporte bien), qu’ensuite il te faudra être propriétaire (c’est plus classe), et que pour l’être il te faudra prendre un crédit, sur 25 ans (rien que ça !). Ce n’est pas une envie profonde de l’être humain, c’est une envie qu’on nous a dictée. On court après des obligations monétaires, l’argent motive ton choix de carrière, et une fois choisie, ta carrière elle, évoluera avec tes traites à la banque.

Dans ce contexte précis, pensez-vous que le changement c’est maintenant ?

Tu pourras bien évidemment changer de boulot au cours de ta vie, de lieu d’habitation mais quid de tes aspirations, de tes rêves, de tes projets…

Peut-on réellement changer lorsque nos vies sont à ce point aliénées à un système que l’on nous a finalement imposé ?

Aujourd’hui un influenceur est une personne qui fait des placements de produits pour te venter le pouvoir incroyablement détox d’un thé à la menthe… sérieusement ?

Réfléchissons à qui sont nos modèles, à qui nous accordons notre temps d’attention.

      Photo by Carl Raw on Unsplash

Panem et circenses

Juvénal résumait les aspirations de la société romaine par cette célèbre formule Du pain et des jeux. Notre société a t-elle vraiment changé ?

Les jeux ont été substitués par le travail, le pain fourni par les restos du cœur. Nous avons réduit l’emploi à un instrument de consommation. Il s’est trouvé être le seul moyen pour se procurer du divertissement. Nous avons délaissé l’importance de nos tâches, posé nos cerveaux et avons mécaniquement choisi de faire la gueule le lundi matin dans le métro. Nous voulons défendre nos emplois, très bien, mais en réalité le combat d’aujourd’hui est celui que nous aurions dû mener hier. Nous sommes inquiets de perdre notre job mais avons sans cesse l’envie d’en changer voir même de ne plus du tout travailler.

Tout le malheur des hommes vient d’une seule chose qui est de ne pas savoir demeurer au repos dans une chambre. Blaise Pascal

Pour fuir ses problèmes, l’Homme a trouvé comme parade le divertissement. Blaise Pascal, Sénèque et tant d’autres prônent la réduction des plaisirs au profit de l’élévation de soi, du nous. Quand on s’amuse on ne réfléchit plus, on ne cherche pas à changer, on fuit.

C’est dans la calme et la confiance que sera votre force. Bible

Réenchanter sa vie pour ne plus la subir. On est le fruit de ce qu’on pense et de ce que l’on fait. Nous passons 30 jours par an sur Facebook. Nous sommes prêts à tout pour économiser de l’argent, si peu pour conserver notre temps. Nous le gaspillons littéralement.

Je ne veux pas participer à ce modèle qui a donné à l’argent plus d’importance qu’à la vie, je suis ici-bas pour vivre. Je ne suis pas ici-bas pour augmenter le produit national brut. Pierre Rabhi

La façon la plus efficace pour reprendre le pouvoir sur notre temps, sur notre vie est de réduire le pouvoir d’attraction de ce qui nous entoure.

Rien est figé. Alors s’il fallait répondre à la question, bien évidemment qu’à 30 ans on peut refaire sa vie. La reconstruire surtout. On a passé suffisamment de temps à regarder de loin ce qu’il se passait, cela a fini par nous éloigner de nous-même. Tu es libre de choisir une voie professionnelle à 15 ans et en changer à 20. Tu es aussi autorisé à revoir tes priorités à 30 ans et tes objectifs personnels à 35. Mais fais-le en donnant du sens à ta vie.

Réenchante-la.

Réinvente-toi !

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *