Inspiration

Voyager, comme un trait de personnalité

temps, google, instant, life style, blog, facebook, media, france, lifestyle, vie, changer, inspiration, startup, entrepreneur, thefamily, routine, inspiration, motivation, multipote, multipotentiel, herisson

Quand tu décides de partir à l’étranger, le plus dur ce n’est pas de prendre la décision. Non, ce qu’il y a de plus compliqué c’est ce sentiment intérieur qui te pousse à regarder ce que tu as comme si tout ça n’appartenait déjà plus qu’au passé. Nos choix peuvent bouleverser nos vies, c’est pour ça que demain, je pars voyager sur la route de l’infini.

Il y a autant de voyageurs que de voyages. Voyager c’est accomplir des choses que tu n’aurais jamais pu faire ici en France, être toi-même en mieux, sans préjugé, sans réputation, juste toi, celui que tu as toujours voulu être. On s’ouvre le champs des possibles et l’on espère ne plus être celui dont la routine du quotidien a rendu invulnérable à la beauté de ce monde. Les gens, leurs habitudes, leurs particularités, l’ailleurs te permet de redécouvrir ce qui fait de chacun un être singulier.

On prend la route pour tracer son chemin dans l’immensité de ce monde. On se connecte à celui que l’on aurait peut-être jamais pu rencontrer si nous n’avions un jour décidé d’aller à sa rencontre. Nous vivons la liberté, au sens premier du terme. Les contraintes ne sont que matériels, le temps lui semble se suspendre.

Combien de fois m’est-il arrivé de ne pas être capable de donner la date précise de ma journée ?

Combien de fois aussi, me suis-je surpris à dire “ça fait quoi , une semaine qu’on est là, non ?” quand en fait, trois semaines venaient de s’écouler.

Cette sensation est difficilement explicable mais elle est incroyablement forte. Ne nous courons plus contre le temps, nous le suivons. Une journée c’est le levé puis le couché du soleil, non plus le bruit d’un réveil assourdissant venant annoncer le départ d’une course contre la montre.

Pleins de raisons nous poussent à voyager. Elles sont toutes bonnes. Ce peut-être la fuite d’un environnement qui ne nous satisfait plus. Pour accomplir, voir même s’accomplir. Nous sommes les nouveaux nomades, qui recherchant une nouvelle terre cultivable, prenons la route vers un horizon plus propice à nos besoins, la connaissance en plus. Internet permet de faire des choix. Choisir de ne pas retrouver ce que l’on souhaite quitter. C’est en cela un sacré avantage pour le nomade 2.0.

Le monde est multiculturel. La France offre cette chance de pouvoir observer ce phénomène à petite échelle. Mais quoi de mieux que le voyage pour en voir la grande. Alors quand certains te disent que nous avons tout en France, et que quitter l’hexagone n’est pas bien utile, je les enverrais bien, un samedi après-midi au centre de Tokyo, de São Paulo ou de Sydney. Entendre parler les gens (ne rien comprendre…) et s’imprégner de toutes leurs expressions, leur manière de se tenir, articuler, rire. Sentir la bouffe d’un quartier chinois à Pékin, toucher un kangourou en Australie, observer la danse des surfeurs à Bali.

Oui, la France est un des plus beaux pays du monde, mais le monde lui, est encore plus beau que notre pays.

Un voyage ça se vit, se partage et se raconte.

Les voyages sont des surprises dont la durée peut-être indéterminée.
Parfois il faut rentrer, par choix ou par défaut, et lorsque tu rentres tu ne peux pas tout raconter, non par oubli, mais par peur qu’un souvenir mémorable ne s’apparente qu’à un simple détail pour celui qui écoute ton récit. Et puis tu te dis que rester en ayant l’esprit ailleurs n’est pas un état stable, tu planifies donc ton prochain voyage dans l’espoir de revivre, une fois encore, cette belle histoire.

temps, google, instant, life style, blog, facebook, media, france, lifestyle, vie, changer, inspiration, startup, entrepreneur, thefamily, routine, inspiration, motivation, multipote, multipotentiel, herisson
                                                                                            (Credit by unsplash)

I have a dream !

Il n’y a pas d’âge pour voyager comme il n’y a pas de situation qui puisse empêcher de le faire. Le voyage est à la portée de tout le monde et ne doit pas faire partie de la catégorie des “choses impossibles”. Et si le voyageur avait un mission, elle serait de te pousser, toi qui lis cette article et qui n’ose peut-être pas, à y aller.

Dans un Tedx intitulé “Et si votre rêve devenait possible…”, David Laroche a voulu connaitre les raisons qui nous poussent à catégoriser tel ou tel projet comme impossible. Il a mené une enquête auprès de 4000 personnes et a tenté de répondre à la question “Pourquoi agir, alors que je ne suis pas sûr d’y arriver ?”. Je vous invite à faire le test qui suit.

La premier question : “Pensez à un rêve/projet important pour vous et pour lequel vous avez parfois des doutes sur sa réalisation, puis notez votre niveau de confiance sur 10.”

(La moyenne des participants est de 6 sur 10.)

La seconde question était : “Etes-vous sûr à 100% que c’est impossible ?” On leur demande ensuite de réévaluer leur niveau de confiance.

(La moyenne passe alors de 6 à 6,9 sur 10.)

La troisième question : “Pensez à quelque chose que vous avez accompli dans le passé et que vous pensiez impossible à réaliser, puis notez votre niveau de confiance sur 10.”

(La confiance moyenne des participants dans la réussite possible du projet de la première question passe à 7,5.)

La quatrième question était : “Pensez à une personne qui vous inspire et qui a réalisé un projet dont il était persuadé que celui-ci était impossible, puis notez votre confiance une nouvelle fois.”

(Cette dernière question fait grimper la moyenne à 7,9 sur 10. Le panel est donc passé de 6 à 7,9 de confiance d’un projet qu’il pensait irréalisable avant de participer à ce test.)

Le propos n’est pas de dire que si vous essayez vous réussirez à coup sûr. Il s’agit simplement de passer de “je vais échouer” à “si je suis pas certain d’échouer, j’ai de bonnes raisons de tenter.”

Pour conclure

Une des plus belles sensations est de voir s’accomplir ce en quoi nous espérons : nos idées, nos envies, notre vie.

J’ai voulu réfléchir, grandir et voir le monde. Les deux premiers sont presque achevés, le dernier est toujours en cours et je ne sais quand il se terminera. Car le monde est beau et grand, les possibilités qu’il offre aussi.
J’avais un rêve et je l’ai vu s’accomplir. J’ai tout quitté cette année. Mon voyage touche à sa fin. Mais comme la vie est un voyage, je repartirais.

Pour les retours difficiles : Guide du retour en France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *